4H30

Text Resize

-A +A

Réalisateur : Royston Tan
Scénario : Royston Tan, Liam Yeo
Producteurs exécutifs : Eric Khoo, Jacqueline Khoo
Producteurs : Gary Goh, James Toh
et Makota Ueda
Producteurs associés : Chieko Murata
et Tan Fong Cheng
Photographie : Lim Ching Leong
Montage : Low Hwee Ling
Son : Justin Seah
Musique : Hualampong Riddim
Directeur Artistique : Daniel Lim






 
 

Royston Stan

A 29 ans, Royston Tan est à la fois le réalisateur le plus prometteur de Singapour et déjà un auteur culte en Asie. Il remporte, avec 15, son premier longmétrage, plus de 41 prix nationaux et internationaux dont le Prix du réalisateur de l’année aux 6è MVA Asean (2001), le titre de Jeune artiste de l’année par le Conseil national des arts de Singapour (2002), le Neptac Fipresci World Critic au 16e Festival du film international de Singapour (2003) et le Prix spécial du Jury au Festival Deauville Asie (2004). 15 est le premier film singapourien sélectionné à la
Semaine de la critique à Venise (2003). Royston Tan fait partie (en 2004) du Top 20 des « héros asiatiques » du Time Magazine. Il devient le cinéaste culte pour les artistes indépendants de Singapour.
La rétrospective 0104 présentant un programme de ses courts-métrages primés depuis plus de 10 ans a circulé dans le monde entier.
4:30 est son deuxième long-métrage. Il a été présenté au Festival de Berlin (section Panorama) et au Festival Deauville Asie (2006).

FILMOGRAPHIE
Longs métrages
4:30 (2006)
15 - the feature (2003)

Courts métrages
Diy (2005) / Monkey Love (2005)/ New York Girl (2005)
Careless Whisperer (2005) / The Absentee (2004) / Old Parliament House (2004)
Capitol Cinema (2004) / Blind (2004) / Cut (2004)
177155 (2003) / The Old Man and the River (2003) / Mother (2002)
24hrs (2002) / 48 on Aids (2002) / 15 (2002)
Hock Hiap Leong (2001) / Sons (2000) / Jesses (1999)
Kisses (1998) / Adam. Eve. Steve. (1997)
Erase (1996) / Remain (1995)

Réalisateur

Biographie ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse rhoncus, velit quis pellentesque vulputate, odio eros elementum felis, sed rhoncus leo felis non lacus. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Curabitur feugiat adipiscing ante, commodo venenatis lorem lacinia ac. Donec nec dignissim mauris. Morbi ac dui dapibus diam vehicula ornare. Nullam at nisi augue, et laoreet lorem. Suspendisse velit nisi, porta eget rhoncus accumsan, auctor id augue. Aliquam non lectus velit, vel lobortis nisl. Mauris fringilla felis in urna blandit eleifend.
 
2011 FILM
2010 FILM
2009 FILM
2008 FILM
2007 FILM
2002 FILM
2000 FILM
1998 FILM
1996 FILM

4H30

Royston Stan
Date de sortie :: 
26/07/2006
SINGAPOUR. 2006. 1h33. 35mm. 1,85. Couleur. Dolby SRD.
L’existence de Xiao Wu tourne autour de l’école, d’un appartement vide et du vague réconfort procuré par ses repas de nouilles instantanées. Un jour, cette routine est perturbée par l’arrivée d’un nouveau locataire, en proie à un chagrin d’amour. Pourtant, leurs chemins ne font que se croiser de temps à autre. Manquant cruellement de chaleur humaine, Xiao Wu tente par tous les moyens de créer un contact à travers les murs, réels et imaginaires, à cette heure spécifique entre la nuit et le jour.
4:30
ENTRETIEN avec Royston Tan


“4:30 se concentre sur le point de vue du jeune garçon et sur ses souvenirs. Les souvenirs d’enfance ne sont jamais réels, ils sont construits. Je dirais même qu’ils sont constamment révisés, amplifiés et re-assemblés avec chacune des réminiscences afin de créer une image qui n’est pas nécessairement le reflet de la dure réalité. Je pense que 4:30 et 15 ne peuvent pas être vus simplement comme une critique sociale. Les personnages de ces deux films ne sont pas des victimes. En fait, si je devais les resituer dans ce contexte, je les verrais franchement comme des rebelles, résistant au statu quo.
L’idée du film 4:30 m’est venue lors du tournage de 15, aux premières lueurs du matin, restant éveillé très tard pour la préparation du tournage du lendemain. En pleine nuit, je regardais la ville tentaculaire qu’est Singapour et j’étais attiré par les appartements allumés, dans cette cité s’étendant à l’infini. Je me suis mis à songer aux histoires nocturnes de ces gens insomniaques comme moi. Ressentaient-ils la même chose que moi ? Cet insupportable sentiment de solitude, et pourtant étrangement attachant ?
Le film a été réalisé dans un appartement abandonné de River Valley Road, un vieux quartier de Singapour, véritable étendue de magasins construits dans les années 50. Je voulais inclure une certaine intemporalité dans 4:30. Comme je l ’ai déjà mentionné, c ’était particulièrement important car le film est réalisé presque entièrement à partir du point de vue d’un enfant et de ses souvenirs.
J’ai rencontré pour la première fois l’enfant, Li Yuan, sur une mini-
série d’horreur pour laquelle je travaillais. Sa capacité naturelle à entrer dans les rôles ainsi que son regard ont attiré mon attention. Ses yeux exprimaient toujours une certaine mélancolie, qu’il soit en train de sourire ou de rire. Après l’avoir choisi pour le personnage de 4:30, j’ai passé plusieurs mois avec mon co-auteur Liam Yeo à adapter le rôle pour lui. Travailler avec un enfant acteur n’est jamais facile, particulièrement quand il s’agit de leur faire exprimer des émotions. Ce que je désirais capter lui demandait d’être honnête avec ses propres émotions et par là même la confiance entre nous devait être totale. Heureusement nous nous sommes ouverts l’un à l’autre et sommes devenus très rapidement amis, ce que j’essaye d’habitude d’éviter quand je travaille avec les acteurs.”
“J’ai rencontré beaucoup de problèmes avec la censure de Singapour pour mon film 15. L’ouverture de Singapour en terme de liberté d’expression, ne doit pas être le résultat d’encouragements économiques. Le pouvoir en place doit voir qu’il est nécessaire, voire impératif, que la liberté d’expression artistique soit autorisée (dans des limites réalistes et avec la considération de la sensibilité nationale). Alors que Singapour mûrit en tant que société, la liberté d’explorer notre identité et notre âme collective est désormais cruciale pour son développement. Toutes les sociétés pratiquent des formes de censure, d’une manière ou d ’une autre. Ce que je n’accepte pas personnellement, c’est la censure non justifiée. “