Andre Valente

Text Resize

-A +A

Scénario : Catarina Ruivo
Image : Rui Poças
Son : Vasco Pimentel
Musique : Vasco Pimentel
Montage : Catarina Ruivo

 

Catarina Ruivo

Catarina Ruivo est née à Coimbra en 1971. Diplômée de l’Ecole Supérieure de Théâtre et Cinéma (Lisbonne), elle s’est spécialisée dans le montage, ayant travaillé entre-temps sur le documentaire Largo de Pedro Sabino et sur les films A Mulher Policia de Joaquim Sapinho et Mal d’Alberto Seixas Santos. Elle a réalisé et monté le court métrage Uma Cerveja No Inverno en 1998. Andre Valente est son premier long métrage. Elle travaille actuellement à l’écriture de A Monte de Alberto Seixas Santos.

Réalisateur

Biographie ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse rhoncus, velit quis pellentesque vulputate, odio eros elementum felis, sed rhoncus leo felis non lacus. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Curabitur feugiat adipiscing ante, commodo venenatis lorem lacinia ac. Donec nec dignissim mauris. Morbi ac dui dapibus diam vehicula ornare. Nullam at nisi augue, et laoreet lorem. Suspendisse velit nisi, porta eget rhoncus accumsan, auctor id augue. Aliquam non lectus velit, vel lobortis nisl. Mauris fringilla felis in urna blandit eleifend.
 
2011 FILM
2010 FILM
2009 FILM
2008 FILM
2007 FILM
2002 FILM
2000 FILM
1998 FILM
1996 FILM

Andre Valente

Catarina Ruivo
Distribution :: 
Date de sortie :: 
26/01/2005
PORTUGAL. 2004. 71min. 35mm. 1,66. Couleur. Dolby SRD.

André, âgé de huit ans, voit son monde bouleversé à l’approche de Noël. Tandis qu'il est endormi, son père quitte la maison, sans raison apparente. Dès lors, il vit seul avec sa mère, et souffre lorsque celle-ci engage une relation avec un de ses collègues. A l’école, ses camarades de classe se moquent continuellement de lui, et Susanna, sa meilleure amie, déménage. C'est alors que Nikolai, un voisin d'origine russe, entre dans la vie du jeune garçon…

« Je souhaitais parler de l’enfance qui, pour moi, est un temps révolu mais qui continue à occuper une place importante dans mes souvenirs. L’enfance met à distance du monde mais c’est aussi une période où la peur, la joie et toutes les frustrations de la vie adulte sont déjà présentes. La vie d’un enfant est toujours montrée comme heureuse, sans nuages alors qu’en réalité chaque jour est constitué pour lui d’une série d’épreuves qu’il n’est pas encore à même de relativiser. Je souhaitais partir de cette idée pour bousculer les stéréotypes liés à la représentation de l’enfance. »

Le Monde, 15 août 2004, Jacques Mandelbaum. LOCARNO.

[...] André Valente (en compétition), consacre de belle manière le passage au long métrage de Catarina Ruivo, une réalisatrice portugaise de 33 ans. Produit par Paolo Branco, ce film met en scène un récit d'éducation d'une justesse et d'une intensité émotionnelle remarquables. Un garçonnet de 8 ans doit apprendre à vivre et à grandir en l'absence brutale d'un père qui vient de quitter le foyer conjugal.
Loin de rédimer la perte initiale, les personnages que rencontre le petit garçon - une petite amoureuse, le nouvel amant de sa mère, un patineur russe qui a maille à partir avec la mafia - sont autant de figures qui réitèrent l'expérience de l'abandon.
Mélancolique et désaccordé, ce très beau film ne se complaît pas pour autant dans la noirceur ; il suggère simplement, avec une douceur parfois teintée d'humour, que l'homme se construit à l'épreuve de l'absence, et que le sel de la vie consiste justement à composer avec cet inexorable désenchantement. Leonardo Viveiros, qui interprète André Valente, y compose un petit garçon qui devrait rester dans l'histoire du cinéma. [...]

Philippe Azoury, Liberation, Mercredi 11 août 2004, Le 57e Festival de Locarno

[...] Il y a en compétition à Locarno un film qui fait exception : André Valente, de la jeune cinéaste portugaise Catarina Ruivo, nouvelle personnalité émergente. André Valente n'est encore qu'une première oeuvre, mais le film fait montre d'une assurance racée. André Valente a 8 ans, il vit seul avec sa mère depuis que son père s'est tiré, et jette son désir de figure paternelle sur un voisin russe. Montant les scènes selon un art très sec, la cinéaste repousse le larmoyant. Chaque séquence est brute et donne l'impression que le film pourrait très bien finir sans nous. Sa puissance est toute dans l'hostilité, dans l'énigme : rien ne correspond aux canons habituels de la scénarisation. [...]