Ayka

Text Resize

-A +A

Ayka Samal Yeslyamova
Chinara Zhipargul Abdilaeva
Logeur David Alaverdyan
Vétérinaire Sergey Mazur
Gérant de la station-service Slava Agashkin
Manager de l’abattoir Ashkat Kuchinchirekov

 

 

Sergey Dvortsevoy

Sergey Dvortsevoy est né en 1962 à Chimkent, au Kazakhstan, de nationalité russe.
Il avait déjà réalisé plusieurs courts et moyens métrages qui ont remporté de nombreux prix dans des festivals tels que le Festival dei Popoli (Florence), Sunny side of the Doc (La Rochelle), Cinéma du Réel (Paris), ainsi que dans de prestigieux festivals du documentaire à Leipzig et à Nyon. Cependant, Sergey Dvortsevoy préfère décrire ces films (« In the Dark », « Highway », « Bread Day » et « Paradise ») comme du « cinéma de la vie ». Son objectif a toujours été de montrer la simplicité et la chaleur du monde en alliant le naturisme à la poésie. Son premier long-métrage, « Tulpan », est présenté au Festival de Cannes en 2008 et remporte le prix Un Certain Regard.
Il est diplômé du lycée aéronautique en Ukraine et de l’institut radiotechnique de Novosibirsk. En tant que manager de l’Aeroflot, il a sillonné le pays jusqu’au jour où il est tombé sur une annonce pour un enseignement supérieur de réalisation et d’écriture de scénarios à Moscou.

Filmographie
2018 Ayka
2008 Tulpan
2004 In the Dark (41 min)
1999 Highway (52 min)
1998 Bread Day (54 min)
1997 Paradise (23 min)

Films du même auteur valorisés par le Gncr: 
Informations complémentaires: 

Festival de Cannes 2018 - Prix d'interprétation féminine

Ayka

Distribution :: 
Date de sortie :: 
16/01/2019
Russie, Allemagne, Pologne, Kazakhstan - 2018 - 1h50

Ayka vient d’accoucher.
Elle ne peut pas se permettre d’avoir un enfant. Elle n’a pas de travail, trop de dettes à rembourser, même pas une chambre à elle.
Mais c’est compter sans la nature, qui reprendra ses droits.

Au départ, il y a une simple statistique que j’ai lu dans le journal :
« En 2010, dans les maternités de Moscou, 248 nouveaux-nés ont été abandonnés par leurs mères, venues du Kirghizstan (une ancienne république soviétique proche de la frontière chinoise) ».
Cela m’a interrogé durablement. Comment était-ce possible ? Quelles raisons pouvaient conduire ces mères Kirghizes à abandonner leurs enfants dans un pays étranger et le livrer aux hasards du destin ? Qu’est ce qui pouvait les forcer à commettre un acte aussi peu naturel pour une femme, surtout venant d’une culture aussi intensément construite autour des liens familiaux ?
J’ai fini par en conclure que je devais faire un film sur ce sujet. Un film sur une jeune femme Kirghize qui abandonnait son enfant dans une maternité de Moscou, et sur les circonstances qui l’avaient poussée à prendre cette décision.
En fait, ce film parle de nous tous. De ce qui arrive lorsque les relations entre les gens et avec leur environnement se détériorent, au point que l’individu lui-même s’abîme moralement.
Seules la vie et la nature peuvent forcer un être humain à réévaluer son existence afin de la changer, parfois même contre sa volonté.


Sergey Dvortsevoy

 



Samal Yeslyamova

Ayka


« Tout le film est raconté du point de vue de mon personnage, ce qui était un réel défi.
Ayka est un personnage mutique, mais aussi très physique. Son corps s’exprime à sa place.
Je n’ai jamais d’états d’âme quant au personnage que j’incarne. Être comédienne, pour moi, c’est jouer à un jeu dont un autre, le réalisateur, a fixé les règles. Une fois qu’elles sont posées, il n’y a plus qu’à les suivre… ».

Biographie
Samal Yeslyamova est née en 1984 à Patropavovsk au Kazhakstan.
Elle a étudié au Russian Institute of Theatre and Arts de 2007 à 2011.
Elle fait ses débuts à 19 ans dans « Tulpan », de Sergey Dvortsevoy, qui remporte le Prix Un Certain regard au Festival de Cannes en 2008.
Grâce à « Ayka », présenté en compétition au Festival de Cannes 2018, elle remporte le prix d’interprétation féminine.


 

A travers le combat pour la survie d’une jeune Kirghize, le réalisateur Sergueï Dvortsevoy, très influencé par les frères Dardenne, montre Moscou sous son aspect le plus sombre.

Moscou est sous la neige, mais la température remonte. La gadoue est partout. Dans l’hystérie générale, Ayka, une jeune Kirghize, accouche, abandonne son bébé, fuit, fait une hémorragie qui manque la tuer, tente de trouver du travail en dépit de papiers périmés et cherche à échapper à des hommes de main qui veulent récupérer la somme qu’elle avait empruntée – la pauvre naïve ! –  pour ouvrir un petit atelier de couture.

La caméra traque, Ayka, la suit où la précède, ne la lâche pas d’une semelle. Sergueï Dvortsevoy (dont le premier long métrage, Tulpan, avait obtenu le Prix Un certain regard, à Cannes 2008) aime beaucoup les frères Dardenne et doit se passer Rosetta en boucle, toute l’année… Influence visiblement bénéfique, pour lui, qui lui permet de jouer sur le rythme : une alternance parfaite de pauses et de moments speed. Plus les épreuves d’Ayka s’accumulent, au demeurant, plus le réalisateur semble décidé à les saisir avec une énergie qui ne faiblit à aucun moment : il semble porter à bout de bras son héroïne, jusqu’aux dernières images où il l’abandonne, comme à regret, alors qu’elle hésite à prendre une décision, logique mais déraisonnable, qui lui coûtera, probablement, la vie.

Le cinéaste contemple Moscou d’un œil féroce : une ville où les toutous à leur mémère sont infiniment mieux soignés que les êtres humains, où les appartements collectifs ne semblent pas avoir changé depuis Staline, où les gens vivent la peur au ventre et la haine au coeur. Ils ressemblent tous à des morts vivants et c’est, d’ailleurs, ce qu’est Ayka : un film d’horreur. Pierre Murat   - Télérama