Kommunalka

Text Resize

-A +A
Scénario : Françoise Huguier en collaboration avec Mano Siri
Image : Katell Djian
Son : André Rigaut
Montage : Mathilde Muyard
Production : SERGE LALOU / LES FILMS D’ICI
 

Françoise Hugier

Photographe voyageuse, Françoise Huguier a toujours flirté avec le cinéma. Entre des reportages en Afrique, au Cambodge, sur le détroit de Behring ou en Russie, elle a photographié le cinéma chinois à Hongkong pour le mensuel, les Cahiers du cinéma, les festivals de Venise, Cannes et Deauville pour le quotidien Libération, fait des "making of", photos de plateau et affiches pour Claire Denis, Noémie Lvovsky ou encore Raoul Peck...


FILMOGRAPHIE

2000 / Journée ordinaire [cm]
1999 / Mission 2000 [cm]
1999 / C’est la vie [cm]
1985 / Lisbonne nuit [cm]

Réalisateur

Biographie ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse rhoncus, velit quis pellentesque vulputate, odio eros elementum felis, sed rhoncus leo felis non lacus. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Curabitur feugiat adipiscing ante, commodo venenatis lorem lacinia ac. Donec nec dignissim mauris. Morbi ac dui dapibus diam vehicula ornare. Nullam at nisi augue, et laoreet lorem. Suspendisse velit nisi, porta eget rhoncus accumsan, auctor id augue. Aliquam non lectus velit, vel lobortis nisl. Mauris fringilla felis in urna blandit eleifend.
 
2011 FILM
2010 FILM
2009 FILM
2008 FILM
2007 FILM
2002 FILM
2000 FILM
1998 FILM
1996 FILM
Informations complémentaires: 

Kommunalka

Françoise Hugier
Distribution :: 
Date de sortie :: 
24/06/2009
France - 2008 -1h37
Pendant plusieurs mois, la réalisatrice Françoise Hugier a filmé la vie des habitants d’un appartement communautaire de Saint-Pétersbourg. Ils évoquent leurs conditions de vie mais aussi l’évolution de la société russe, depuis la chute du communisme jusqu’à la Russie de Poutine.
De film de Françoise Hugier, Kommunalka, s'inscrit dans la continuité d'un travail qui l'a conduite à faire plusieurs voyages à Saint-Pétersbourg pour photographier les habitants d'appartements communautaires, vestiges de l'époque soviétique où s'entassent aujourd'hui des citadins trop pauvres pour se payer un logement décent.
Les récits qui s'y entrecroisent suffisent à expliquer qu'elle ait voulu en faire un film. Ils dessinent un tableau triste et beau comme une complainte russe, dans lequel l'état du pays se révèle à travers trois générations de petites gens victimes d'une vague de paupérisation qui semble ne pas avoir de fin. Le revers misérable des fortunes colossales qui se sont constituées au cours des deux dernières décennies et qui forment la face visible de la Russie actuelle.
La caméra de Françoise Huguier vagabonde de chambre en chambre, à la rencontre d'individus de tous âges et origines dont les destins se sont échoués dans ce lieu comme dans un cul-de-sac. Au centre, il y a Natacha, 26 ans, yeux de chat, toujours à moitié dénudée.

REGARD PLEIN D'AMOUR
Elle parle comme si elle était déjà à la fin de sa vie, évoquant ses 20 ans comme un âge béni, où elle était encore pleine d'espoir. Elle travaillait pour la compagnie des chemins de fer, envisageait de passer un diplôme pour y faire carrière, mais la crise économique a eu raison de ses rêves. Aujourd'hui, elle fait des numéros de danse quasi pornographiques dans des bars. Filmés dans une chambre de l'appartement, ils deviennent beaux à pleurer.
La grande qualité de ce film tient au regard empathique, plein d'amour même, que la cinéaste pose sur ses personnages. La manière dont elle condense entre les murs de cet appartement d'immenses plages d'espace et de temps les magnifie plus encore. Devant sa caméra, ces individus aux destins brisés apparaissent comme les héros romanesques d'aujourd'hui.


Isabelle Regnier, Le Monde.