Les gens du Monde

Text Resize

-A +A

AVEC : Ariane Chemin, Raphaëlle Bacqué, Thomas Wieder, David Revault d’Allonnes, Nabil Wakim, Caroline Monnot, Arnaud Leparmentier, Didier Pourquery

Réalisateur Yves Jeuland
Ecrit par Yves Jeuland
Musique Eric Slabiak
Montage Lizi Gelber
Montage Son Bruno Reiland
Image Yves Jeuland
Produit paMarie Genin et Damien Maura
Une Production Folamour

 

Yves Jeuland

Yves Jeuland est auteur et réalisateur d’une vingtaine de films documentaires pour la télévision et le cinéma, dont LE PRÉSIDENT, avec Georges Frêche, sorti en salles en décembre 2010 (La Générale de production, distribution Rezo films).
Il obtient en 2001 le 7 d’Or de la meilleure série documentaire pour son film PARIS À TOUT PRIX, deux ans d’une campagne municipale dans la capitale. En 2004, il reçoit un FIPA d’Argent pour CAMARADES – IL ÉTAIT UNE FOIS LES COMMUNISTES FRANÇAIS – et en 2007, le LIA Award au Festival du Film de Jérusalem pour COMME UN JUIF EN FRANCE. Le Focal International Award du film d’archives lui est attribué à Londres en 2005 et en 2008.
Récemment, son documentaire IL EST MINUIT, PARIS S’ÉVEILLE qui retrace l’aventure des chanteurs et des cabarets parisiens de la rive gauche dans les années 1950 et 1960 a été distingué du Prix du Syndicat Français de la Critique 2013.
Parmi ses autres réalisations : RÊVES D’ÉNARQUES (1999), BLEU BLANC ROSE (2002) sur trente ans de vie homosexuelle en France, LA PAIX NOM DE DIEU ! tourné en Israël et en Palestine en 2003, LE SIÈCLE DES SOCIALISTES (2005), PARTS DE MARCHAIS (2007), UN VILLAGE EN CAMPAGNE (2008) et DELANOË LIBÉRÉ, film entretien avec le Maire de Paris, diffusé sur France 3 en octobre 2013.

Informations complémentaires: 

Festival de Cannes 2014

Les gens du Monde

Yves Jeuland
Distribution :: 
Date de sortie :: 
10/09/2014
France - 1h22 – 25 i/s – 1,77 (16/9)

Alors que la presse doit faire face aux grands bouleversements que représentent l’arrivée des blogs, tweets et autres révolutions du web, ce film propose une plongée au coeur du travail des journalistes du service politique du Monde, lors de la campagne électorale de 2012. Dans la rédaction comme sur le terrain, nous assistons ainsi aux débats qui traversent le grand quotidien du soir. Spectateurs privilégiés des oppositions et des tensions de la rédaction, nous partageons aussi l’enthousiasme et les fous rires des journalistes, la fatigue et les doutes, le quotidien du quotidien. Le portrait d’un métier en profonde mutation dans un des titres les plus prestigieux de la presse mondiale, qui s’apprête à fêter ses soixante-dix ans.

ENTRETIEN AVEC YVES JEULAND

D’emblée, vous nous immergez dans la fabrication du journal : un titre en une à trouver, une réunion de rédaction…
Je voulais avant tout filmer le travail, découvrir la fabrique de l’information, être surpris moi-même. Comment se construisent ces pages, qui se cachent derrière ces signatures ? J’avais envie d’être la petite souris de Plantu, de passer de longues semaines avec eux, de prendre mon temps…

Comment avez-vous été accueilli au sein de la rédaction politique ?
Moi qui ai l’habitude de filmer des hommes politiques, je me retrouvais face à un collectif de gens pas forcément tous d’accord entre eux sur ma présence au journal… Ce n’était pas toujours facile, certains ont pu refuser que je les filme personnellement, que je les suive sur le terrain. En revanche, dans les réunions, aucun ne m’a dit qu’il ne voulait pas apparaître à l’image.

Pourquoi avoir choisi le moment de la campagne présidentielle de 2012 pour les filmer ?Parce que dans ces moments particulièrement denses, les journalistes transpirent davantage et ont tellement de choses en tête, que la présence d’une caméra devient vite le cadet de leur souci. Seulement, comme je voulais vraiment faire un film de cinéma qui ne soit pas périssable, il ne me fallait pas tomber dans le piège de l’actualité, c’est-à-dire filmer la campagne en elle-même et ses péripéties. L’important était de ne pas se focaliser sur l’information mais sur son contrechamp : ce qu’elle provoque, comment les journalistes se l’approprient, la transforment. Et essayer de capter une humanité dans un débat ou une discussion à travers un geste, un fou rire… Dans la rédaction, l’élection est un temps où les passions redoublent, où la fatigue gagne, où les rivalités et les tensions s’exacerbent. Un temps où l’on finit par oublier la caméra.

Avez-vous aussi passé du temps en amont à la rédaction pour que les journalistes s’habituent à vous, aient confiance et oublient votre présence ?
Non, je n’ai pas eu cette période d’adaptation où l’on aurait pu s’apprivoiser car la campagne arrivait, il fallait commencer le film sans tarder. Le fait d’être seul avec ma caméra, sans aucun technicien, a sans doute beaucoup contribué au fait qu’ils m’oublient. Moi-même, je suis plus concentré et plus à l’aise quand je suis tout seul pour me fondre dans le décor. Pour ce tournage très long – 68 jours étalés sur cinq mois, je n’avais de toute façon pas le choix.

Sur quels critères avez-vous choisi ces jours de tournage ?
Beaucoup en fonction des rebondissements, donc de manière imprévisible. Tout d’un coup, j’apprenais une nouvelle importante. Je prenais alors mon vélo pour aller à la rédaction. Parfois le matin à six heures… Je ne savais jamais la veille pour le lendemain si j’allais tourner. Et si j’allais capter des choses, les attraper ou pas. C’est l’une des excitations de ce genre d’exercice, il y a un côté joueur. Les meilleures séquences sont souvent celles qu’on n’a pas prévues.

Pourquoi avez-vous suivi uniquement la campagne de François Hollande ? Et pourquoi lui plus que Sarkozy ?
Parce que ce n’était justement pas la campagne en elle-même qui m’intéressait ! Je voulais m’affranchir complètement de tout équilibre politique, forcément vain et factice. Ce qui compte, c’est l’équilibre du film. Et l’équilibre dans la rédaction : filmer des métiers différents. Je n’ai pas choisi Hollande mais le tandem de rubricards qui le suivaient : David Revault d’Allonnes et Thomas Wieder. Ils s’entendent très bien alors qu’il n’y a pas plus différents. L’un dribble, l’autre est plus intello. Ce qui m’intéressait aussi beaucoup chez Thomas, c’est qu’il est un twittos d’élite, très emblématique de la mutation de la presse.

Les différents pôles de la rédaction politique sont ainsi incarnés par quelques journalistes dont la personnalité permet de raconter de manière très vivante le quotidien du journal.
Le réel aussi a besoin de grands interprètes… En tant que réalisateur de documentaires, je suis à la recherche des meilleurs acteurs. Quelqu’un comme Arnaud Leparmentier, je n’avais pas vraiment prévu d’en faire un de mes personnages au début. Il était un peu ronchon, me disait à peine bonjour, la présence de ma caméra ne le ravissait pas outre mesure… Mais assez vite dans les réunions, j’ai perçu sa dimension de personnage et je ne l’ai pas lâché. Quant à Didier Pourquery, qui incarne le chef, je l’ai très vite repéré pour son autorité, sa présence, ses intonations à la Jean-Pierre Bacri… Et je me suis dit : « Dans le rôle du directeur, ce sera Didier Pourquery ». Je ne traite pas d’un sujet, je raconte une histoire, c’est l’une des différences entre le reportage et le documentaire. Donc je n’ai pas le devoir d’être représentatif, ni exhaustif. Un film qui n’oublie personne serait pour moi un film raté.

Et pourquoi avoir choisi de filmer essentiellement des journalistes qui travaillent en tandem ?
Pour rendre davantage cinématographique une profession qui ne l’est pas toujours. Déjà le lieu dans lequel ils travaillent… La façade de l’immeuble du Monde est très belle mais à l’intérieur, ces open spaces avec un éclairage au néon et de la moquette, ce n’est pas le décor idéal… Et puis tous ces écrans partout, qui font justement écran, avec des journalistes derrière qui ne parlent pas. Les journalistes du Monde.fr par exemple ont souvent des écouteurs dans les oreilles, ils sont dans leur bulle. D’où l’idéede trouver des binômes qui communiquent ensemble, échangent des idées, établissent une complicité autour d’une cravate à nouer ou d’un titre à trouver.

Justement, c’est étonnant de voir Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin écrire à quatre mains…À deux mètres des journalistes du fact checking, « le Factchekistan », il y avait la table des grands reporters, qui avaient intégré la newsroom politique le temps de l’élection.C’était un plaisir car tout d’un coup, on voyait un article s’écrire. Discutant sur un angle de vue, hésitant sur un mot, Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin me donnaient accès à toute cette gymnastique très dure à filmer quand on la pratique seul, à moins de faire rentrer une caméra dans le cerveau ! Plus que de connaître l’affaire dont elles parlaient dans leurs articles, c’était leurs regards, leurs sourires, ou le mouvement de leurs mains qui m’intéressaient.

Montrez cette ruche au travail sans prendre parti, notamment lors des débats souvent houleux au sein de la Société des Rédacteurs du Monde (SRM).
Il y a bien sûr de la subjectivité, un regard mais j’aime laisser une distance, ne pas tout surligner, que les spectateurs puissent sortir du film avec peut-être davantage de questions que de réponses. Ou en n’étant pas d’accord sur ce qu’ils ont vu. J’aime laisser une distance entre le filmeur et le filmé mais aussi entre le film et le spectateur. Et puis je suis moi-même partagé quand je les entends débattre sur le recrutement des journalistes ou la pertinence de prendre ou non position pour un candidat. Je trouve chaque raisonnement passionnant. C’était vraiment le débat pour le débat qui m’intéressait et j’ai eu une grande chance qu’ils me laissent filmer les réunions de la SRM.

LES GENS DU MONDE redonne ses lettres de noblesse à une profession souvent critiquée… Ariane Chemin ne cherche pas le scandale avec l’affaire Strauss-Kahn, Thomas Wieder fait preuve d’un souci de précision sur un article, les journalistes débattent avec conviction…
Beaucoup de reproches sont faits à la presse : la culture du complot, tous pourris… Même si je n’ai jamais partagé ces idées, je suis moi aussi assez critique envers le journalisme. Mais je ne me lance pas dans mes films avec un préjugé. Je ne tourne pas en essayant de faire rentrer mes images dans des cases prédestinées. Je filme avec les yeux et les oreilles grands ouverts, pour essayer de voir ce qui se passe réellement. Et là, il m’est vraiment apparu que ces gens bossent comme des malades, se posent des questions, débattent, bricolent. Je suis admiratif de leur rythme de travail. À l’inverse de moi qui rend ma copie en moyenne tous les dix-huit mois, eux n’ont pas le luxe du temps que j’ai dans mes films. Très souvent, il faut envoyer l’info alors qu’on n’a pas trouvé le titre qui convenait vraiment.

Cette urgence de l’actualité s’est accentuée avec l’arrivée d’Internet et des tweets…
Oui, le film raconte aussi un moment de bascule de la presse. Avant Internet, il y avait un rythme plus souple, ils pouvaient souffler après le bouclage du journal à 10h30 le matin. Maintenant, il y a les tweets, les blogs, le site à alimenter sans arrêt, dans une temporalité qui fait concurrence au papier. Quelqu’un comme Thomas Wieder n’arrête jamais. Mais il y prend un plaisir quasi addictif.

Face à ces nouvelles formes de journalisme, le désir classique de faire récit subsiste sous la plume de Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, qui est un peu votre porte-parole quand elle évoque la politique comme une scène de théâtre shakespearien, avec des personnages, de la chair, une soif de pouvoir…
Effectivement, je partage son avis. Ma culture est plus celle du récit que du fact checking ou du data journalism. Rechercher le récit, l’incarnation… C’est d’ailleurs pourquoi le documentaire est parfois plus proche de la fiction que du reportage. J’ai une gourmandise à  lire les papiers d’Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, et elles doivent éprouver la même à les écrire.

Le film ne s’arrête pas le soir du résultat des élections…
Si le film s’était arrêté aux résultats, on aurait eu l’impression que c’était sa conclusion et que Hollande en était le héros. D’où le choix de le prolonger au-delà, de montrer les journalistes qui continuent à travailler le lendemain, font le bilan de l’expérience newsroom. La structure des GENS DU MONDE était fragile et grâce à la présence si précieuse de Lizi Gelber, indispensable chef-monteuse, le film s’est révélé petit à petit et beaucoup de choix se sont faits au montage. En  tout cas plus que pour d’autres de mes films comme LE PRÉSIDENT, où la narration était davantage élaborée dans mon esprit avant de commencer à tourner.

Comment s’est passé le montage ?
Nous avions une matière importante, 130 heures de rushes environ. La partition du film était délicate, il a fallu passer du temps pour la trouver : 29 semaines, échelonnées entre 2012 et 2014, le temps de laisser reposer. Lizi Gelber m’a beaucoup encouragé à couper. On entretient un dialogue permanent, une confiance. Sans oublier bien sûr les échanges fructueux avec la productrice Marie Genin.

Et le choix de la musique composée par Éric Slabiak?
Nous avions comme référence une musique à la Jacques Tati. Et aussi la bande originale du film BRAZIL. Je voulais quelque chose de guilleret, fantaisiste, avec des marimbas, des sons de bois frappés. Mais il fallait trouver la bonne distance, ne pas être trop dans le burlesque et nous avons fait intervenir une pianiste à la fin pour poser les choses, atténuer le côté cartoon. J’avais envie de rythme, de coller à celui des images, notamment quand on passe de David à Thomas, ou quand le mouvement des doigts sur le clavier suggère celui des doigts sur un clavier de musique.

Et « Sensationnel » d’Yves Montand comme chanson de fin ?
Il y a toujours Yves Montand dans mes films ! Et puis je voulais terminer sur une chanson qui parle de la presse, en l’occurrence un crieur de  journaux.


Propos recueillis par Claire Vassé