Mille Soleils

Text Resize

-A +A

Réalisation Mati Diop
Image Hélène Louvart, Mati Diop
Son Alioune Mbow, Bruno Ehlinger
Montage Nicolas Milteau
Production Corinne Castel, Anna Sanders Films
Avec les soutiens du Fonds d’Aide à l’Innovation Audiovisuelle du Centre national du cinéma et de l’image animée, de l’Aide au film court du département de la Seine-Saint-Denis, du Fonds régional d’Aide à la Création Audiovisuelle de la Région Midi-Pyrénées, du Centre national des arts plastiques (Image/mouvement), ministère de la Culture et de la Communication.

 

Mati Diop

Mati Diop est la fille d'une mère française et du musicien sénégalais Wasis Diop, ainsi que la nièce du cinéaste Djibril Diop Mambety. Elle grandit à Paris et, très influencée par le travail cinématographique de son oncle, décide de s'orienter vers une carrière au cinéma.

Elle intègre le Pavillon, laboratoire de recherche artistique du Palais de Tokyo en 2006, puis le Studio national des arts contemporains du Fresnoy en 2007. Elle s'occupe de conceptions sonores et vidéos pour le théâtre et continue à réaliser des courts métrages revendiquant une inspiration dans son travail de celui d'Apichatpong Weerasethakul ou des cinéastes indépendants américains tel que John Cassavetes.

En 2008, elle joue son premier rôle principal au cinéma dans le film de Claire Denis, 35 rhums. Cette même année, elle présente 1000 soleils au festival de Cannes, un projet de documentaire sur le film Touki Bouki (réalisé par son oncle en 1973 et présenté au Festival de Cannes cette année-là), qui sort en 2013 sous le titre Mille soleils. Ses courts métrages ont été présentés lors de différents festivals internationaux, dont Atlantiques qui obtient le Tigre du meilleur court-métrage en 2010 lors du festival du film de Rotterdam.

Elle réalise en 2018 son premier long-métrage, Atlantique, qui est sélectionné en compétition officielle du festival de Cannes 2019 et qui obtient le Grand Prix.

Filmographie

Atlantique (long métrage) 2019
Liberian Boy (court métrage, réalisé avec Manon Lutanie) 2015
Mille Soleils
(Sénégal-France, 45 min) 2013
Snow Canon (France, 35 min) 2012
Big in Vietnam (France, 26 min) 2011
Atlantiques (Sénégal, 16 min) 2009
Last Night (France, 15min) 200

Films du même auteur valorisés par le Gncr: 
Informations complémentaires: 

Mention spéciale du GNCR - FID Marseille Grand Prix de la Compétition Internationale
Montréal - Festival du Nouveau Cinéma, Loup Argenté
FIF Amiens - Prix du Moyen métrage

Mille Soleils

Mati Diop
Distribution :: 
Date de sortie :: 
02/04/2014
Sénégal-France – 2013 – 45 min

En 1972, Djibril Diop Mambety tourne Touki Bouki. Mory et Anta s’aiment. Les deux jeunes amants partagent le même rêve, quitter Dakar pour Paris. Au moment fatidique, Anta embarque. Mory, lui, reste seul sur les quais, incapable de s’arracher à sa terre. Quarante ans plus tard, Mille Soleils enquête sur l’héritage personnel et universel que représente Touki Bouki. Que s’est-il passé depuis ? Magaye Niang, le héros du film, n’a jamais quitté Dakar. Et aujourd’hui, le vieux cowboy se demande où est passée Anta, son amour de jeunesse.

ENTRETIEN AVEC MATI DIOP

Mille Soleils est à la fois un dialogue et un hommage. Une fable s’invente, si l’on peut dire, dans les plis d’un autre film. Comment est né le désir de retrouver, quarante ans plus tard, les acteurs et personnages de Touki Bouki ?
Mon premier désir était de remonter le fil des origines de mon rapport au cinéma et de la place qu’il occupe dans ma famille. De mon rapport à l’Afrique aussi. C’était en 2008, une année marquante par mon expérience et ma rencontre avec Claire Denis dans 35 Rhums mais aussi marquée par les dix ans de la mort de mon oncle, Djibril Diop Mambety, dont je mesurais soudain et fortement l’absence. Sous forme d’entretiens fleuves, j’interroge alors mon père sur son frère Djibril et ses films. Il me révèle que Touki Bouki, c’est toute notre histoire. Cette révélation agit sur moi comme une formule magique à déchiffrer. Mais le désir d’un film s’est précisément déclenché quand j’ai découvert l’incroyable destin des acteurs de Touki Bouki qui avaient poursuivi l’exacte trajectoire de leurs personnages fictifs. C’est une fiction qui était devenue réalité. J’ai voulu transformer cette réalité en fable. Une fable du présent sur l’exil et sur le cinéma. C’est aussi une histoire d’amour.

Comment le tournage s’est-il déroulé ? Est-ce difficile de diriger un acteur qui doit jouer son propre rôle ?
Le tournage a duré une dizaine de jours pour une préparation qui a pris cinq ans, en parallèle d’autres films que j’ai réalisés. Quelque part, au moment du tournage, j’avais le sentiment que le film était déjà fait. Je savais exactement ce que je voulais. J’étais plus que prête. Cela n’a évidemment pas empêché les mésaventures propres à chaque tournage. Tourner à Dakar est plutôt épique. Tourner avec Magaye l’est aussi. Au fond, il n’est pas plus lui-même dans ce rôle qu’il n’est un personnage dans la vie. Magaye joue tout le temps, c’est un vrai show man. Il sait exactement ce qu’il fait.

Le portrait de Magaye invoque en pointillés la figure du cowboy crépusculaire. La reprise du thème de High Noon fait d’ailleurs signe vers une autre histoire du cinéma, celle du western. Comment intégrez-vous cette référence américaine dans une histoire africaine d’amour et d’exil ?
Je m’intéresse à la genèse et à la vie d’un film, à la fabrique de ses personnages. Reprendre le thème de High Noon, c’est remonter aux sources mêmes de Touki Bouki. Djibril a découvert ce western lorsqu’il était enfant. Le personnage du shérif Will Kane interprété par Gary Cooper a marqué Djibril au point de grandement influencer, quelques années plus tard, l’écriture du personnage de Mory dans Touki Bouki. À travers Mory, Djibril parle de lui-même en convoquant consciemment ou non la figure de Will Kane. Dans Mille Soleils, je filme tous ces hommes à la fois à travers Magaye. Le thème de High Noon représente à mes yeux leur mélodie intérieure et le fil invisible qui les réunit.

L’une des singularités du film est de ne pas vouloir opérer la distinction entre documentaire et fiction, le récit se nourrissant précisément de leur confusion. Est-ce à dire pour vous que les deux démarches, loin de s’exclure, sont au contraire solidaires ? 
Dans Mille Soleils, l’entremêlement du réel et de la fiction est précisément le sujet du film. Quant à la forme, je ne me pose que des questions de mise en scène. Comment est-ce que je veux raconter telle histoire ? Qu’est-ce que je veux voir ? Ensuite, la fin justifie les moyens. Ce n’est plus qu’une question de tactique et d’approche.

Visuellement, Mille Soleils surprend par son travail sur la couleur et son jeu de ruptures de ton : du rouge sang des abattoirs au jaune resplendissant de la lumière dakaroise, du bleu numérique de l’écran de projection aux scansions vert-rose-bleu des éclairages de la discothèque, et jusqu’ aux horizons neigeux des paysages de l’Alaska. Quel regard portez-vous sur cette circulation de la couleur dans votre film ? Quelle importance revêt-elle ?
Cette circulation est particulièrement dynamique dans Mille Soleils mais je crois y accorder autant d’importance dans mes autres films. Cela vient sans doute du fait que je suis arrivée au cinéma par les arts plastiques. Je me suis intéressée à l’image et au son bien avant de m’intéresser au récit. Le cinéma m’intéresse moins comme art que comme outil. Un langage qui me permet d’entretenir un lien permanent avec tous les autres arts, d’en être au carrefour.

D’où vient le titre, Mille Soleils ?
Il vient d’un jingle d’une émission de radio dakaroise des années 70 que j’ai découverte en parcourant des archives sonores. Une voix accompagnée de tambours qui s’exclamait : L’Afrique, le passé, le présent, le futur ... Mille Soleils ! MILLE SOLEILS sont deux mots qui associés, s’imposent à vous comme une image, franche et aveuglante. Ça m’évoquait aussi les images d’un kaléidoscope. Une réflexion de lumières et une combinaison de couleurs à l’infini sans début, ni fin. Je décide quasi toujours du titre au début de l’écriture comme un axe à suivre, comme l’accord juste à trouver autour d’une note.

Derrière le souvenir des échappées libertaires de Touki Bouki, le film esquisse une autre problématique : dans la scène du taxi, vous laissez apparaître le visage d’une jeunesse sénégalaise en rupture avec la génération précédente…
Mille Soleils est un film du présent. Cette scène du taxi nous ancre dans le Dakar d’aujourd’hui, au coeur de son actualité politique. J’ai confié le rôle du chauffeur de taxi à Djily Bagdad, l’un des membres du mouvement Y’en a marre, composé de rappeurs, d’étudiants et de journalistes. Un mouvement de contestation qui a atteint l’objectif qu’il s’était fixé : inciter le peuple sénégalais au réveil citoyen et mettre fin au règne du Président Wade. Djily n’est donc pas acteur mais il est l’acteur des faits et j’ai voulu provoquer une rencontre entre Magaye et lui, entre deux générations. C’est cette dynamique de collision entre passé et présent qui m’intéresse et qui s’opère tout au long du film. D’un point de vue politique, cinématographique et intime.