A perfect day

Text Resize

-A +A
Scénario et réalisation : Joana HADJITHOMAS et Khalil JOREIGE
Production : Anne-Cécile BERTHOMEAU et Edouard MAURIAT
Image : Jeanne LAPOIRIE
Montage : Tina BAZ- LE GAL
Son : Guillaume LE BRAZ
Musique : Scrambled Eggs, Soap kills
Décor : Sophie KHAYAT
Production : FRANCE "Mille et une productions"
Edouard MAURIAT- Anne-Cécile BERTHOMEAU
48, rue de paradis
75 010 Paris - France
Tel : +33 1 47 70 44 70
Fax : +33 1 47 70 44 71
Email : milleetune@free.fr

Réalisateur

Biographie ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse rhoncus, velit quis pellentesque vulputate, odio eros elementum felis, sed rhoncus leo felis non lacus. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Curabitur feugiat adipiscing ante, commodo venenatis lorem lacinia ac. Donec nec dignissim mauris. Morbi ac dui dapibus diam vehicula ornare. Nullam at nisi augue, et laoreet lorem. Suspendisse velit nisi, porta eget rhoncus accumsan, auctor id augue. Aliquam non lectus velit, vel lobortis nisl. Mauris fringilla felis in urna blandit eleifend.
 
2011 FILM
2010 FILM
2009 FILM
2008 FILM
2007 FILM
2002 FILM
2000 FILM
1998 FILM
1996 FILM

A perfect day

Date de sortie :: 
01/03/2006
FRANCE / LIBAN / ALLEMAGNE 2005.1H28.35mm.Couleurs
Un jour « parfait » à Beyrouth dans la vie de Malek, un jeune homme surprotégé par sa mère qui accepte mal la disparition de son mari survenue 15 ans plus tôt, durant la guerre civile libanaise.
Aujourd'hui, Malek et sa mère, Claudia vont déclarer le disparu officiellement mort en l'absence de son corps.
Le jeune homme souffre d'apnée du sommeil, sa respiration s'interrompt, il somnole puis s'endort dès qu'il ne bouge pas. A contretemps, il tente d'être plus synchrone, de retrouver une certaine cadence avec les autres, la ville, sa mère et surtout Zeina, la femme qu'il aime et qui ne veut plus le voir.
Obsédé par cet amour, il cherche la jeune femme, la suit, la perd, la retrouve dans la ville….
LES INROCKUPTIBLES
« Geysers au centre du lac » par Bertrand Loutte
58ème Festival de Locarno - Compte rendu

"Soit vingt-quatre heures dans la vie de Malek, oscillant entre deuil coupable d’un passé et d’un père, disparu sans dépouille, et refus de voir sa fiancée s’échapper. Si, parce qu’il est atteint de crises de narcolepsie, on pense à My Own Private Idaho de Gus Van Sant, c’est surtout avec Last Days que le film résonne. Comme Blake, Malek, absent au monde, zombie avancé, louvoie au jugé et par à-coups (formidables scènes d’embouteillages automobiles) dans un récit lacunaire et troué, à l’image de la ville qui l’abrite, Beyrouth. Et après The World et Be with me, A Perfect Day réaffirme que le cinéma contemporain doit désormais compter sur un passionnant moteur narratif, le SMS."


NOTE DES RÉALISATEURS
C'est une histoire personnelle. L'oncle de Khalil fait partie de ces 17 000 personnes qui ont disparu à Beyrouth durant la guerre. Ils sont sortis de chez eux un matin, un soir et ne sont jamais revenus…. Où sont-ils ? Beyrouth est une petite ville en pleine reconstruction, le sol est constamment foré et pourtant on ne retrouve rien…Pas de charnier, pas de traces…
Pour nous, la disparition ne s'exténue pas. C'est un abyme, un gouffre qui ouvre en même temps un champs de possible.
Oublier est-ce nécessaire ou est-ce renier les fantômes au risque de se renier soi-même, devenir un mort vivant qui ne voit plus, n'entend plus, ne sent plus ?
C'est aussi l'histoire d'une certaine génération, la nôtre dont Malek fait partie, des jeunes gens en manque d'intensité qui se laisse porter par la vie. Pris entre la culpabilité d'un passé lourd à assumer et l'angoisse d'un futur incertain dans une région politiquement instable, comment vivre un présent, aimer, construire, se poser en individu ?
Les choses demeurent en latence, le présent est souvent mal vécu ou alors de façon « hystérique » dans la nuit beyrouthine, une nuit où l'on peut s'oublier, se perdre dans les boites et les bars, où l'on cherche une communauté, où l'on tente de retrouver son rythme, de se réapproprier le corps de l'autre ou son propre corps.
C'est un film tourné sur le vif. Le réel y est très peu reconstitué. Au contraire, nous avons décidé de nous y insérer, de filmer dans les lieux publics de façon plus « documentaire ». Les plans sont quelquefois volés, provoqués, dans un dispositif dans lequel on crée des situations pour capter cette énergie, pour permettre à l'histoire d'advenir.
« A perfect day » est un film de sensations, d'ambiances, d'états, de fausses pistes, de situations fortes dans la ville fascinante et contradictoire qu'est Beyrouth aujourd'hui.

Joana Hadjithomas et Khalil Joreige