Séance

Text Resize

-A +A
Réalisateur : Kiyoshi Kurosawa
Scénario : Kiyoshi Kurosawa, Tetsuya Onishi
Production : Zootrope Films
Compositeur : Gary Ashiya
Photographie : Takahide Shibanushi
Chef monteur : Junichi Kikuchi
 

Kiyoshi Kurosawa

Né le 19 juillet 1955 à Kôbe. Kiyoshi Kurosawa débute la mise en scène avec des films indépendants en 8mm alors qu’il étudie la sociologie à la Rikkyô University. En 1980, son premier film Shigarami gakuen est projeté au Festival du Film Indépendant de Tokyo. En 1983, il fait ses débuts commerciaux avec Kandagawa wars. C’est en 1997 qu’il accède à la reconnaissance internationale avec Cure, un film de serial killer. En 1999, License to live est projeté à la section Forum au Festival international de Berlin, et Charisma est ovationné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes. La même année, Vaine illusion est au Festival de Venise où il retourne en 2006 avec Retribution. Tokyo sonata a reçu le Prix du Jury Un Certain Regard à Cannes en 2008. Son dernier film, Shokuzai (Celles qui voulaient se souvenir et Celles qui voulaient oublier) était en sélection officielle au Festival de Venise, au Festival de Toronto et à Deauville Asie en 2012.
 
FILMOGRAPHIE
1983 The Kandagawa Wars
1985 The Excitement of the Do-Re-Mi-Fa Girl
1988 Sweet Home
1991 Guard from Underground
1995 Suit Yourself or Shoot Yourself 1 – The Heist
1995 Suit … 2 – The Escape
1995 Suit Y…3 – The Loot
1995 Suit …4 – The Gamble
1996 Suit … 5 – The Nouveau Riche
1996 Suit … 6 – The Hero
1996 A Visit from Fate
1996 The Revenge – The Scar That Never Fades
1997 Cure
1997 Serpent’s Path
1997 Eyes of the Spider
1998 License to Live
1999 Charisma
1999 Séance
2000 Kairo
2000 Vaine illusion
2002 Jellyfish
2002 Doppelgänger
2005 Loft
2005 House of Bugs
2006 Retribution
2008 Tokyo Sonata
2012 Shokuzai : Celles qui voulaient se souvenir
2012 Shokuzai : Celles qui voulaient oublier
 
Films du même auteur valorisés par le Gncr: 

Réalisateur

Biographie ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse rhoncus, velit quis pellentesque vulputate, odio eros elementum felis, sed rhoncus leo felis non lacus. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Curabitur feugiat adipiscing ante, commodo venenatis lorem lacinia ac. Donec nec dignissim mauris. Morbi ac dui dapibus diam vehicula ornare. Nullam at nisi augue, et laoreet lorem. Suspendisse velit nisi, porta eget rhoncus accumsan, auctor id augue. Aliquam non lectus velit, vel lobortis nisl. Mauris fringilla felis in urna blandit eleifend.
 
2011 FILM
2010 FILM
2009 FILM
2008 FILM
2007 FILM
2002 FILM
2000 FILM
1998 FILM
1996 FILM
Informations complémentaires: 

Séance

Kiyoshi Kurosawa
Distribution :: 
Date de sortie :: 
05/05/2004
JAPON. 2000. 1h37. 35mm. 1,66. Couleur. Dolby.
Dans la banlieue de Tokyo, Jun et Koji forment un couple sans histoires. Une fillette est kidnappée. Sans véritables indices pour faire avancer l'enquête, la police piétine. Un inspecteur fait alors appel à Jun, car elle possède des talents de médium. Tout bascule...

Libération - mercredi 9 août 2000 – Festival de Locarno - Philippe Azoury

Kiyoshi Kurosawa aime les maisons vides, et plus que tout les forêts hostiles. Il n’a pas honte de la série B, il la revendique.
Séance est un film fait à toute vitesse. Mais ce n’est pas original : tous ses films sont tournés en urgence. Cette urgence l’oblige à trouver des solutions cinématographiques d’une efficacité sidérante, sans prendre le temps de douter. Le cinéma n’est plus un problème pour lui, c’est un jeu effronté avec le visible et l’invisible. Séance possède l’évidence d’un film d’Allan Dwan alliée à la séduction d’un john Carpenter. Mais c’est du Kiyoshi Kurosawa pur jus : métaphysique, cherchant dans les éléments naturels les manifestations d’un tremblement, d’une mutation. Les séances du titre sont des séances de spiritisme : une femme entre en contact avec des âmes mortes gràce à des visions fantomatiques, une communication médiumnique. Elle utilise ses dons pour aider la police à résoudre les affaires de disparitions.Les scénes paranormales sont annoncées par de brusques variations de lumières, le passage de nuages, qui participent au fantastique et se liguent contre le réél. Le son est amplifié avec un raffinement digne du De Palma de Blow Out. Le film est aussi fin, intelligent que gonflé et naïf.