Tourisme international

Text Resize

-A +A

Image , montage : Marie Voignier
Création sonore, mixage : Thomas Fourel
Bruitage : Florian Favre
Directrice de production : Marie Vachette
Production : Bonjour Cinéma,
Avec CAC Brétigny – Centre d’art contemporain de Brétigny
Avec le concours du CNAP, Centre national des arts plastiques – ministère de la Culture et de la Communication – Soutien pour le développement d’une recherche artistique – Image/mouvement
Avec le soutien du département de la Seine-Saint-Denis.

 

Marie Voignier

Marie Voignier est artiste, elle vit et travaille à Paris. Elle pratique la photographie avant de rentrer à l'école des beaux-arts de Lyon dont elle est diplômée en 2004. Elle réalise depuis principalement des vidéos, dont Le bruit du canon (prix du court métrage Cinéma du Réel 2007), Hearing the shape of a drum (biennale d’art contemporain de Berlin 2010), Hinterland (Prix des médiathèques FID 2009). Son premier long métrage L'hypothèse du Mokélé-Mbembé (FID 2011, International Film Festival de Rotterdam) est sorti en salle en 2012. Son travail est à la fois montré dans des festivals de cinéma et dans des lieux d'art. Ses films ont rejoint récemment les collections du Musée d'Art moderne de la Ville de Paris, du Musée du Grand-Hornu, du Fond national d'art contemporain et du FRAC PACA. 
Informations complémentaires: 

Mention spéciale du GNCR au FID Marseille 2014, Compétition nationale et Prix Marseille Espérance ; mention spéciale du prix Georges Beauregard -
Doc Lisboa 2014, Portugal
Festival du Film de Vendôme, 2014 - Compétition nationale de Courts métrages - Prix Format Court
Festival international du film d'Environnement, Paris, 2015

Tourisme international

Marie Voignier
Distribution :: 
Date de sortie :: 
04/01/2017
France - 2014 - 48 mn

Comment une dictature se présente à ses touristes ? Quel récit, quels acteurs, quelle mise en scène mobilise-t-elle ? Tourisme International a été tourné comme la captation d’un spectacle à l’échelle d’un pays, la Corée du Nord. Musées, ateliers de peinture, studios de cinéma ou usine chimique nous sont présentés par des guides dont on n’entendra jamais les voix.
Entre les images du pouvoir et le regard des touristes se dessine la chorégraphie silencieuse des guides touristiques, acteurs à la fois rigides et gracieux d’un pays en perpétuelle représentation de lui-même.

NOTE D'INTENTION DE L'AUTEUR

« Le récit de voyage est un genre cinématographique magistralement incarné dans l’histoire du cinéma. (...) Un film de voyage est réussi quand il arrive à parler précisément d’autre chose et d’autre part que là où on a voyagé. Cet objectif a guidé mon travail de montage : regarder autrement, aller vers le cinéma comme vers un territoire commun qui mobilise de façon singulière notre rapport au monde. (...)
J’ai donc supprimé complètement tout le son « in ». (...) Tous les discours de taisent et les voix se déplacent hors des images, dans des intertitres qui ponctuent le film en donnant un minimum d’éléments pour situer les lieux ou le contexte dans lequel nous nous trouvons. Les intertitres reprennent ainsi sans les distinguer entre eux les commentaires des guides coréens et les miens, laissant le spectateur prendre la distance qu’il souhaite avec ce contenu textuel dont le statut et l’origine sont sensiblement perturbés. (...)
Le mutisme du film intensifie notre attention aux images et engage autrement notre regard qui y cherche alors ce que le son recomposé et amputé de la parole lui a enlevé comme information et comme sens. (...) »

 


 

par Zoé Libault - FORMAT COURT

[…] Marie Voignier, cinéaste et vidéaste, ne rapporte pas de ses voyages des films de vacances banaux et dignes d’intérêt uniquement pour ses propres souvenirs. Bien au contraire. De son séjour en Corée du Nord, elle propose un documentaire militant et novateur, tant sur la forme que sur le fond. « Tourisme International » n’est pas un film de touriste mais un film sur le tourisme dans un pays en dictature. Le tourisme individuel en totale autonomie y étant interdit, les étrangers sont obligés de passer par une agence spécialisée pour organiser leur circuit et être accompagnés par un guide de l’État tout au long de leur voyage. Par l’intermédiaire de ce guide, le gouvernement peut alors transmettre l’image qu’il le souhaite de son pays. Marie Voignier a visité la Corée du Nord parmi l’un de ces groupes et livre un témoignage poignant, évidemment contraire à la majestueuse image du pays que les guides ont essayé de décrire.

Par un choix de montage, pas des plus simples mais des plus percutants, la réalisatrice critique les faits du gouvernement avec une justesse implacable. En effet, elle a décidé de couper le son et de ne postsynchroniser que les sons d’ambiance, oubliant ainsi volontairement les voix des guides. Ce procédé dérangeant souligne l’absence de sens réel de leurs propos et permet au spectateur de se concentrer uniquement sur l’arrière-plan. Seulement, quelques cartons le guident pour expliquer le contexte de la visite, mais la neutralité des cadrages et l’absence de commentaires de la part de la réalisatrice le laissent libre d’analyser lui-même les images et de tirer ses propres conclusions sur les conditions de voyage en Corée du Nord. Le film n’est probablement pas tourné intégralement en caméra cachée mais certaines images, régulièrement filmées à la taille, le sont certainement. Ces plans témoignent de la détermination de Marie Voignier à filmer, même lorsqu’elle ne devait pas en avoir la permission.

Il faut bien sur s’accrocher pour tenir presque une heure devant de tels longs plans fixes sans voix mais le propos de Marie Voigner est tellement saisissant que l’on ne peut qu’être captivé et sortir de ce moyen-métrage avec un nouveau regard sur notre époque et en particulier sur la Corée du Nord.

Zoé Libault - FORMAT COURT
http://www.formatcourt.com/2015/06/tourisme-international-de-marie-voignier/