Violent Days

Text Resize

-A +A
Scénario, réalisation : Lucile Chaufour
Image : Dominique Texier, Nicolas Eprendre, Bertrand Mouly
Cadre : Christophe Neuville, Arnaud Leguy
Son : Xavier Pierouel, Raoul Fruhauf
Mixage : Daniel Sobrino
Montage image : Elisabeth Juste, Albane Penaranda, Sophie Bousquet
Montage son : Pascal Ribier
Infographie : Ronan Jupin
Musique originale : Lucile Chaufour, Thomas Couzinier
 

Lucile Chaufour

2014 LEONE, Mère & Fils, documentaire, vidéo, noir & blanc, 40'.
– Festivals : FID Marseilles 2014 ; Festival dei Popoli 2014 ; Festival International de Films de,n Femmes de Créteil 2015, Festival Millenium Bruxelles 2015, BAFICI 2014 ; …

2013 Sleeping Image, expérimental, vidéo & Polaroïd, couleur, 27'.
– Festivals : Festival Côté court 2013 ; Festival Indie Lisboa 2014 ; Beirut Art Center 2014 ; MAMCO de Genève 2015...

2012 East Punk Memories, documentaire, vidéo & super 8, couleur, 80'.
– Festivals : Prix des Jeunes au Festival Cinéma du Réel 2012 ; Festival Indie Lisboa 2012 ; This Human World Film Festival Wien 2012 ; Festival de Films de Femmes 2013...

2008 L’Amertume du chocolat, fiction, 35mm, noir & blanc, 13'.
– Festivals : ACID Cannes 2008 ; Festival Côté Court 2008 ; Festival du Film de Vendôme, 2008 ; Festival International de Films de Femmes de Créteil 2009 ; IndieLisboa 2009 ; ISFF Sao Paulo, 2009 ; Concorto FF, Milan 2009 ; Cologne, 2009…

2004 Violent Days fiction, 35mm, noir & blanc, 104’ & 80’
– Festivals : Grand Prix du Festival du Film Entrevues de Belfort 2004 ; Internationales Forum des jungen Films, Berlin 2005 ; Heterodoxia, Mar Del Plata, Argentine 2005 ; Fórum Nezávislých, Karlovy Vary, Tchéquie 2005 ; Revelation, Perth IFF, Australie 2005 ; Brisbane IFF, Brisbane, Australie 2005 ; French Revolution, The Times bfi, London 2005 ; Festival of New French Cinema, Chicago 2005 ; Festival de Films de Femmes, Créteil 2006 ; Crossing
Europe, Linz, Autriche 2006…


 

Réalisateur

Biographie ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse rhoncus, velit quis pellentesque vulputate, odio eros elementum felis, sed rhoncus leo felis non lacus. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Curabitur feugiat adipiscing ante, commodo venenatis lorem lacinia ac. Donec nec dignissim mauris. Morbi ac dui dapibus diam vehicula ornare. Nullam at nisi augue, et laoreet lorem. Suspendisse velit nisi, porta eget rhoncus accumsan, auctor id augue. Aliquam non lectus velit, vel lobortis nisl. Mauris fringilla felis in urna blandit eleifend.
 
2011 FILM
2010 FILM
2009 FILM
2008 FILM
2007 FILM
2002 FILM
2000 FILM
1998 FILM
1996 FILM
Informations complémentaires: 

Violent Days

Lucile Chaufour
Distribution :: 
Date de sortie :: 
10/09/2008
FRANCE. 2004. 1h 44. 35mm. 1,66. N&B. Dolby SRD.
En France, à Paris et au Havre, des rockers continuent de rêver à un pays qui n'existe pas : l'Amérique.
Berlinale 2005 - Violent Days

Un film de Lucile Chaufour

En France, le blouson noir et les disques vinyles de Gene Vincent restent associés à quelques fictions isolées des années 1960 (le remarquable "Les Cœurs verts", l'un des premiers à aborder le thème de la banlieue et de la petite délinquance issue des milieux ouvriers) ou quelques nanars stéréotypés des années 1980 ("Rue Barbare", avec Bernard Giraudeau). Autant dire que le cinéma français ne se sent pas concerné, dans sa grande majorité, par les personnages que veut mettre en scène "Violent Days", le premier long métrage de Lucile Chaufour.

Ni réactionnaire ni franc-tireur, cette fiction reste néanmoins à part, en particulier par sa manière d'antidater le propos. La réalisatrice utilise pertinemment un N&B qui ne permet pas vraiment de situer le film dans le temps (tout comme il peut se référer au N&B des films militants ouvriers des années 1970). De la même manière, les machines industrielles, maniées par les protagonistes et présentes dans les plans du film, semblent terriblement archaïques et les véhicules ont au moins vingt ans d'âge. L'évocation d'un milieu ouvrier, fragilisé encore davantage par les mutations économiques de ces dernières décennies, veut donc rejoindre naturellement celle du milieu rockabilly, un culte formé justement par des prolétaires, souvent moqués et évoluant en autarcie.

Utilisant le témoignage des protagonistes, face caméra ou en voix-off, afin de nourrir le propos (ces inserts ont été éradiqués du nouveau montage, baptisé de fait « Violent Days »), Lucile Chaufour s'avère plus percutante que si elle s'obligeait à construire d'entières scènes de fiction pour parvenir au même résultat. La méthode est à la fois aux antipodes des conventions d'usage et redevable à une culture de la débrouille, plus artisanale, moins façonnée. Il en résulte un film où, effectivement, la volonté d'une évocation frontale se marie bien à la violence désœuvrée qui baigne cette classe de mal-aimés. Enfin et surtout, il réussit à émerger de cette noirceur et de cette désuétude mélancolique un beau et tragique portrait de femme, incarnée par Serena Lunn.

Julien Welter  - ARTE TV.COM