Les règles du jeu

Text Resize

-A +A

Réalisation Claudine Bories et Patrice Chagnard
Scénario Claudine Bories et Patrice Chagnard
Image Patrice Chagnard
Assistante Réalisation Julie Romano
Son Benjamin Van de Wielle, Pierre Carrasco
Montage Stéphanie Goldschmidt
Produit par Muriel Meynard et Patrick Sobelman
Production Ex Nihilo
Coproduction Les films du Parotier
Avec la participation du CNC
avec le soutien du Fonds Images de la Diversité - PICTANO VO Nord - Pas de Calais
avec le soutien de la Région Nord-Pas de Calais
Avec le soutien de Région Île-de-France,  ACSÉ Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances Commission images de la diversité

AVEC LE SOUTIEN DE L'ACID

 

Claudine Bories et Patrice Chagnard

Claudine Bories

Après une formation théâtrale, Claudine Bories réalise son premier film pour le cinéma, Juliette du côté des hommes, sélectionné au Festival de Cannes 81 (« Perspectives du cinéma français »).
Entre 1992 et 2002, elle dirige avec Jean Patrick Lebel Périphérie, un centre de création consacré au cinéma documentaire. Elle y crée les Rencontres du cinéma documentaire. En 1994 elle est vice-présidente de l’association ADDOC, lieu de réflexion des cinéastes documentaristes français. C’est là qu’elle rencontre Patrice Chagnard.
À partir de 1995 ils collaborent aux films l’un de l’autre. Ils coréalisent depuis 2005.

FILMOGRAPHIE SELECTIVE
2014 Les Règles du jeu
2009 Les Arrivants
2003 Les femmes des douze frontières
1999 Monsieur contre Madame
1989 La fille du magicien
1984 Portrait imaginaire de Gabriel Bories
1981 Juliette du côté des hommes

Patrice Chagnard
Après des études de philosophie, il voyage plusieurs années en Orient et en Asie. De retour en France il se consacre à la réalisation de films documentaires pour la télévision. Il filme les paysans sans terre au Brésil, en Afrique au Bangladesh. Dans les années 80, il s’intéresse aux sagesses orientales (Zen, le souffle nu, Swami ji, un voyage intérieur). En 1995, son premier film pour le cinéma, Le convoi, est un road movie. En 1992, il fonde avec d’autres cinéastes documentaristes l’association ADDOC dont il est le Président. Sa rencontre avec Claudine Bories en 1995 marque une nouvelle étape dans son travail. Ils collaborent de plus en plus étroitement aux films l’un de l’autre. Ils coréalisent depuis 2005.

FILMOGRAPHIE SELECTIVE
2014 Les Règles du jeu
2009 Les Arrivants
2005 Dans un camion rouge
2003 Impression, Musée d’Alger - 52’- Diffusion France 5
2000 Istambul , Jérusalem, Kathmandu et Des sources du Gange à Bénarès,
Quatre carnets de voyage dans la série « Voyages, voyages » d’Arte.
1995 Le Convoi
1983 Swami-ji, un voyage intérieur
1980 Quelque chose de l’Arbre, du Fleuve et du Cri du Peuple
 

Films du même auteur valorisés par le Gncr: 
Informations complémentaires: 

FESTIVALS
Colombe d'Or International DOK Leipzig 2014
Cannes 2014 - Sélection ACID
Espoo International Film Festival 2014
Lussas Etats Généraux 2014
Montréal Festival du Nouveau Cinéma 2014
Sydney International Documentary Film 2014
Florence Festival dei Popoli 2014
Sarajevo Pravo Ljudski Film Festival 2014
Belgrade Magnificent7Festival 2015

Les règles du jeu

Claudine Bories et Patrice Chagnard
Distribution :: 
Date de sortie :: 
07/01/2015
France - 2014 -1h46 - DCP - 1,85 - 5.1

Lolita n’aime pas sourire. Kévin ne sait pas se vendre. Hamid n’aime pas les chefs. Thierry parle wesh. Ils ont vingt ans. Ils sont sans diplôme. Ils cherchent du travail. Pendant six mois, les coachs d’un cabinet de placement vont leur enseigner le comportement et le langage qu’il faut avoir aujourd’hui pour décrocher un emploi. A travers cet apprentissage, le film révèle l’absurdité de ces nouvelles règles du jeu.

 

Le chômage des jeunes

Selon une enquête récente du CEREQ (Centre d’études et de recherches sur les qualifications),en France un jeune sur cinq
(22% exactement) est sans emploi trois ans après avoir quitté l’école.
Les plus diplômés s’insèrent professionnellement nettement plus facilement que les non diplômés:
- 88% des jeunes diplômés du supérieur long (BAC+5 et plus) travaillent
- 81% des jeunes diplômés du superieur court (BAC+4) travaillent
- seulement 41% des jeunes non diplômés travaillent
Ce qui revient à dire que 48% des jeunes non diplômés (ou avec seulement un bac pro) sont au chômage.
Quant aux 11% restant, ils sont «désintégrés» à savoir en dehors de tout système.
Par ailleurs, le chômage des jeunes non diplomés a augmenté de 16% entre 2004 et 2010.



Ingeus

Ingeus est une société privée de dimension internationale, spécialisée dans l’accompagnement vers l’emploi, les bilans de
compétence et le conseil en ressources humaines auprès des entreprises.
Crée à Brisbane en Australie en 1989, la société est présente dans une dizaine de pays en Europe et dans le monde (Angleterre,
Arabie saoudite…).
Elle s’est implantée en France en 2005 et y compte aujourd’hui 35 sites répartis sur plusieurs régions.



Le Contrat d’autonomie


Le Contrat d’autonomie a été créé par Fadela Amara, Ministre de la Ville dans le Gouvernement Fillon, dans le cadre du Plan
Espoir Banlieues.
Le principe de ce dispositif était d’offrir aux jeunes chômeurs vivant dans les quartiers défavorisés (ZUS), un accompagnement
personnalisé sur plusieurs mois afin de les aider à trouver un emploi durable ou une formation qualifiante ou à créer
leur propre entreprise.
La société Ingeus a remporté plusieurs de ces marchés, dans le Nord, en Région parisienne et dans le Rhône.
Entre 2009 et 2014 elle a ainsi accompagné dans le cadre du contrat d’autonomie, près de 20 000 jeunes. Un peu moins de
la moitié des jeunes ayant bénéficié de cet accompagnement a trouvé une issue positive à ces problèmes d’insertion.
Dans cette moitié,
- 62% ont trouvé un emploi de plus de six mois, la plupart en CDD (contrat à durée déterminée),
CTT (contrat de travail temporaire, c’est à dire en intérim), contrat de professionnalisation ou d’apprentissage.
- 36% ont bénéficié d’une formation qualifiante.
- 2% ont créé leur propre entreprise.
Depuis début 2014, le dispositif « Emplois d’avenir » mis en place par le Gouvernement Ayrault a pris le relais des « Contrats
d’autonomie ». Ce sont les Missions locales qui ont la charge de les mettre en oeuvre.


 

Entretien avec Claudine Bories et Patrice Chagnard

On retrouve dans Les Règles du jeu la même démarche que dans votre film précédent, Les Arrivants, où vous-filmiez des demandeurs d’asile. Cette fois, il s’agit de jeunes chômeurs.
Claudine Bories. On peut considérer que Les Règles du jeu est la suite des Arrivants. Le principe est le même : filmer au plus près, sans à priori, ce qui arrive à des personnes qui sont confrontées au jour le jour à l’un des grands problèmes de société qui nous concernent tous. Chapitre un : les demandeurs d’asile. Chapitre deux : les demandeurs d’emploi.

Patrice Chagnard. Notre désir, c’est d’aborder une réalité dont tout le monde parle, qu’on croit connaître, mais sur laquelle ,on a très peu d’approches réelles, concrètes : « Qu’est-ce que c’est que de vivre ça ? » qu’il s’agisse d’accueillir des immigrés ou de coacher de jeunes chômeurs. Nous pratiquons une forme de cinéma direct et il nous faut à chaque fois trouver un lieu qui nous permette de filmer à notre façon, sans parti pris ni jugement. Concernant les grandes questions de société, le terrain est forcément miné par les stéréotypes et les discours partisans. Le travail du cinéma, c’est de déminer en donnant à voir les choses comme elles sont.
 

Les Arrivants se déroulait à la CAFDA, une plate-forme d’accueil financée par l’État français. Ici vous filmez Ingeus, une structure privée. Comment avez-vous trouvé ce lieu ?
Claudine Bories. Au départ on pensait filmer dans une Mission locale. Les Missions locales sont des Services publics, des sortes de Pôle Emploi réservés à l’accueil des jeunes de 18 à 26 ans. Notre choix s’était porté sur le Nord Pas de Calais, parce que c’est la région où le chômage des jeunes est le plus préoccupant. Et puis, sur internet, nous sommes tombés par hasard sur Ingeus : cette société privée proposait un coaching intensif pour accompagner de jeunes chômeurs dans leurs recherches d’emploi. En particulier à Tourcoing et Roubaix. Pour nous c’était idéal. On craignait qu’une société privée n’accepte pas notre démarche, hésite à se laisser filmer de l’intérieur et sans intervenir sur nos choix. Mais la direction nous a tout de suite fait confiance et très vite on a pu commencer à repérer.

Patrice Chagnard. La raison qui nous a fait basculer vers Ingeus, c’est surtout une raison concrète, cinématographique. Nous avions trouvé des gens formidables dans les Missions locales, mais on se heurtait à une difficulté majeure : les jeunes n’y sont pas contraints à des rendez-vous réguliers. Ceux que nous aurions trouvé intéressants et choisi de filmer pouvaient disparaître du jour au lendemain. Pour nous qui pratiquons un cinéma de personnages, c’était problématique. A Ingeus nous n’avions pas ce problème. Ingeus allouait aux « candidats » qu’elle recrutait une bourse mensuelle de 300 euros durant six mois, à condition qu’ils ne ratent pas les rendez-vous fixés et suivent l’enseignement prévu. Du coup on était assuré d’une certaine continuité. En un sens, Ingeus, sans le vouloir, faisait pour nous de la direction de production.

Vous voulez dire que les bureaux d’Ingeus constituaient pour vous un dispositif idéal ?
Patrice Chagnard.
Ingeus a plusieurs antennes en France. Tous leurs lieux sont identiques, répondant à un choix rigoureux : l’open space par exemple. C’est une façon d’habituer les candidats à ce qu’est une entreprise. Pour nous c’était un décor signifiant, l’équivalent d’un studio.

Claudine Bories. C’était comme une scène théâtrale avec son décor et ses accessoires, ses affiches, ses slogans, ses ordinateurs, sa machine à café… De plus, ce lieu se trouvait en haut d’une tour, elle-même plantée au milieu d’un décor surréaliste, sorte de terrain vague sur fond d’usines abandonnées qu’on apercevait par les grandes baies vitrées.

Comment avez-vous procédé ?
Claudine Bories.
On a fait trois mois de repérages, on a écrit un scénario pour trouver les financements. On est revenu six mois plus tard, on a filmé plusieurs jours par semaines pendant huit mois. Au départ on a suivi une quinzaine de jeunes. A l’arrivée il en reste quatre. Parmi les autres, disparus en cours de route, certains ont trouvé du boulot, d’autres sont partis ailleurs… Le scénario, d’une cinquantaine de pages, se présentait comme une pièce de théâtre. Les dialogues s’inspiraient de ce qu’on avait entendu au cours des repérages.
Patrice Chagnard. Dès le départ nous savions que ce film serait un film de dialogues. Pour nous, le véritable sujet du film c’est la question du langage. C’est l’abîme entre les mots codés de l’entreprise, martelés par les coachs, objet d’exercices d’entraînements, et la parole des jeunes, ou leur absence de parole, qui nous renvoie à un tout autre monde culturel. L’enjeu est là : ce langage codé de l’entreprise, du marché, est totalement déconnecté du monde de ces jeunes qui le reçoivent avec un mutisme interloqué, ne comprennent pas grand chose à ce qu’on exige d’eux et y résistent de mille façons.

Quels choix étaient les vôtres en matière de mise en scène ?
Claudine Bories.
L’open space génère une confusion visuelle et sonore, un désordre duquel il fallait s’abstraire. J’aurais aimé parfois des plans plus larges, ne serait-ce que pour évoquer l’espace et le ballet permanent des allées et venues, mais on s’est rendu compte très vite que l’on ne pouvait saisir les réactions et l’émotion des candidats qu’en s’approchant au plus près d’eux, en « faisant loupe ».

Patrice Chagnard. C’est moi qui suis à la caméra. Dès que je m’éloignais des visages, je constatais qu’il ne se passait plus rien dans le cadre, l’image devenait insignifiante. Le gros plan s’imposait. C’est un travail d’entomologiste. Mettre en scène la parole dans ce huis clos, c’était d’abord mettre en valeur des regards, des silences, une infime crispation du visage, une simple moue… Découvrir que c’est finalement ça qui fait sens et qui est spectaculaire. Dans ce film - davantage que pour d’autres - ce qu’on peut appeler la mise en scène s’est faite au montage. A partir d’une matière énorme (130 heures de rushes) nous avons cherché un équilibre entre d’un côté le discours porté par les coachs et les coachs eux-mêmes avec leurs personnalités, et de l’autre nos personnages et leurs mille façons de résister à ce discours. Il fallait être juste, ne pas grossir le trait et en même temps parvenir à mettre en lumière dans le dispositif que nous avions filmé, une logique absurde qui n’est pas forcément visible au premier regard.

Comment transformez-vous votre cinéma documentaire en utilisant les outils de la fiction ?
Claudine Bories.
En construisant un espace unique, en isolant des personnages, en respectant une dramaturgie, une forme… Dans ce film, il y a des cartons qui viennent rythmer le récit. Ces cartons disent où en sont les jeunes en les nommant par leurs prénoms : « Lolita s’engage, Kevin hésite… ». Ça a plusieurs effets : casser le réalisme, mettre une sorte de distance, renforcer le côté “petite histoire” qu’on raconte… La musique, décalée et récurrente, a une fonction analogue.

Patrice Chagnard. La dimension fictionnelle vient de ce qu’on pousse le documentaire suffisamment loin pour que les personnes filmées deviennent des personnages de cinéma. Sans avoir recours à l’artifice. C’est ce que disait Rossellini : « Il n’y a que deux façons de faire du cinéma: soit on part de la fiction et il faut aller jusqu’au réel, sinon le film n’est pas crédible, soit on part du réel - ce qui est notre cas - et il faut aller jusqu’à la fiction, sinon il n’y a pas de film. ».

Claudine Bories. Ce qui se passe dans le réel peut prendre des dimensions fictionnelles inouïes, il suffit d’être attentif à cette dimension pour la percevoir et l’intégrer au récit documentaire. Quand Hamid vient dire à sa coach Gaétane qu’il lâche tout, celle-ci s’est tellement investie dans la relation d’accompagnement avec lui qu’elle réagit comme une femme abandonnée et la séquence devient une vraie scène de rupture.

Selon quels critères choisissez-vous les personnes filmées ?
Patrice Chagnard.
Il ne s’agit en aucune façon d’un échantillonnage sociologique. L’importance qu’a pris Lolita dans le film tient à elle, à ce qu’elle est intrinsèquement. Elle devient pour nous un personnage de cinéma parce qu’elle a un secret, une manière d’habiter son corps, une présence qui n’appartient qu’à elle. On est hors des schémas. Pour moi, la phrase la plus importante du film, c’est elle qui la prononce : « Une personne est une personne ».
Claudine Bories. A l’arrivée, dans le film il y a un jeune beur, un asiatique, un chti… mais ce n’est pas du tout ce qui a guidé notre choix.

Vous ignorez volontairement leur passé, leur vécu, leur milieu ?
Patrice Chagnard.
Oui, tout ça reste délibérément hors champ. Ce qui nous intéresse c’est de les découvrir hors de leurs repères habituels, dans cette situation particulière du « coaching », confrontés au discours exigé par l’entreprise, contraints de se soumettre à ce rituel alors que ce qu’ils veulent, c’est juste être manutentionnaires ou commis de cuisine. Les coachs sont d’une disponibilité exemplaire.

Claudine Bories. Dans Les Arrivants, on découvrait que certains clandestins étrangers étaient des manipulateurs et que certaines assistantes sociales pouvaient être insupportables. Cette fois, c’est le cliché de la méchante entreprise privée qui est malmené. Fadela Amara a lancé le dispositif du Contrat d’autonomie sous un gouvernement de droite, c’est sans doute pourquoi elle en a confié la gestion non pas aux Missions locales mais à des opérateurs privés. Ingeus est l’un de ceux qui ont remporté le marché. Il s’agit donc bien d’un business. Cependant, rien d’affairiste ni de cynique chez les consultants qui travaillent là, ce sont des gens qui croient à ce qu’ils font et s’investissent totalement. Ils sont eux-mêmes, comme ces jeunes, pris dans un système qui les dépasse.

Patrice Chagnard. Les clichés ne résistent pas à une certaine obstination du regard. Quand vous filmez le temps nécessaire dans un lieu comme celui-ci, une sorte de vérité finit par surgir qui bouscule les a priori. Cette vérité nait sans doute de la rencontre entre l’intime, le social et le politique, dans un même lieu et dans un même moment.

La caméra a-t-elle une influence sur le comportement de ces jeunes ?
Claudine Bories. Chacun est différent… Hamid a tendance à être en représentation, il s’en délecte. Lolita est à l’aise. Kevin s’en fiche…
Patrice Chagnard. Mais quand il déclare à sa conseillère « Je n’aime pas votre façon de penser », il regarde la caméra…
Claudine Bories. C’est moi qu’il regarde car je suis juste à côté de la caméra, pour guetter ma réaction, voir s’il n’a pas été « mal poli ».

Vous filmez les simulations d’entretiens d’embauche. Jamais les véritables entretiens des candidats avec leurs éventuels employeurs…
Patrice Chagnard.
Nous l’aurions souhaité. Par exemple lorsque Thierry décroche un entretien avec le recruteur de B’Twin. Ils ont refusé car ils ne voulaient pas prendre le risque d’avantager ce candidat par rapport aux autres… Notre présence aurait pu le mettre en confiance, ce qui aurait faussé la règle du jeu.

Quelle leçon tirez-vous du spectacle que vous nous donnez à voir ?
Claudine Bories
. Les rituels de la préparation à l’embauche pour ces jeunes qui n’accéderont qu’à des emplois précaires et mal payés, c’est assez hallucinant. Il y a de la folie dans tout ça. A quoi bon cet enseignement, ces simulations, ces tests de comportements, cette intrusion dans l’intime, pour un emploi de trois mois à trois-quarts temps comme femme de ménage ? Compte tenu du nombre des candidats en concurrence et sachant que si l’une des postulantes a une licence elle décrochera le poste… même si elle passe moins bien la serpillière ! Ces gamins sont perdus parce qu’en plus de ne pas avoir de diplômes, ils sont confrontés à un univers de plus en plus virtuel et mensonger, qui ne coïncide en rien avec leur vécu.

Patrice Chagnard. Ce qu’ils ne comprennent pas, ce sont les raisons et les critères de cette sélection. Ils sont désemparés par ce qu’on leur demande. Ces règles du jeu encouragent l’imposture : un comédien, un menteur décrochent plus facilement un poste.

Claudine Bories. On leur demande de dire quel est leur défaut ! A un moment du film, une conseillère vend la mèche. Elle explique à Lolita que si elle était face à un recruteur, elle se garderait bien de dire « c’est quoi son vrai défaut ». Une façon de lui souffler que ce n’est qu’un jeu. Mais pour Lolita comme pour les autres, c’est justement ça qui est insensé ! Ils n’envisagent pas un seul instant de mentir. Ils pensent qu’un mensonge les écarterait du poste, alors que c’est le contraire qui est la règle.

N’est-ce pas un film sur une certaine inadaptation des jeunes à la société d’aujourd’hui ?
Patrice Chagnard.
C’est sûr qu’ils ne sont pas adaptés à ce qu’on leur demande. On a le sentiment parfois qu’ils ne font pas
d’effort pour trouver un job. Mais c’est faux. En fait ils ne comprennent pas pourquoi c’est si compliqué. Ils ne comprennent pas que la présentation, la tenue, le langage, « le savoir être » aient cette importance. Prouver qu’ils sont capables de faire le job, ça va. Mais quand il leur faut dire qu’ils épousent le discours et les valeurs de l’entreprise, c’est une autre affaire. L’entretien d’embauche est un véritable rituel d’allégeance. Peut-être Lolita, Hamid, Kevin ont-ils raison ? En tout cas ils ont leurs raisons d’être inadaptés et de refuser, chacun à sa manière, les règles du jeu.

Claudine Bories. Il y a une coupure entre le monde où ça travaille, ça produit, ça consomme, et le monde de ces jeunes chômeurs où l’on est largué depuis deux générations et où se sont développées des réactions d’exclusion et de rejet. Mais là encore, il faut se garder de généraliser: entre Kevin qui « n’a pas les mots » et qui finit par travailler au noir et Hamid qui parle bien mais ne supporte aucune contrainte, il y a un monde. Ils sont pourtant du même milieu et de la même génération.

Patrice Chagnard. Le fond du problème c’est qu’il n’y a pas de boulot, en tout cas pas pour eux. Et ça ils le savent bien. Ils ne peuvent pas l’oublier. Du coup toute cette mise en scène autour de la question de leur « employabilité », de leur incapacité à s’adapter aux attentes du marché, a aussi pour effet de masquer la violence du chômage. Finalement leur dire : vous n’êtes pas « employables » c’est une manière de leur faire porter la responsabilité du chômage.

Le film avance en zigzags. On passe de la désapprobation à la solidarité. Les a priori y sont balayés, les jugements évoluent…
Patrice Chagnard. C’est notre manière de faire et on y tient. Le film porte la trace de notre propre questionnement. On invite le spectateur à faire en une heure et demie un parcours que nous avons fait en trois ans. C’est le but de notre dramaturgie. On veut que le spectateur sorte de la salle en se posant d’autres questions qu’en y entrant. Le film n’apporte pas de réponse. Mais on espère qu’il creuse suffisamment la question pour nous faire changer de regard sur ceux qu’on appelle aujourd’hui « hôtesse de caisse », « technicienne de surface », ou « équipier de ligne ».

Claudine Bories. Au début, quand on demande à Lolita de dire sa principale qualité, elle répond « Je suis franche ». A la fin, cette qualité s’est avérée être son pire défaut… selon les critères en vigueur. Voilà le malaise. Ce n’est pas un film subjectif, mais une proposition de rencontre, de réflexion. A la fin, on voit Thierry qui a trouvé un travail mais veut le lâcher par ras le bol d’être exploité. Et on voit Lolita qui a enfin une ouverture après avoir été refusée partout. La profondeur de notre relation au travail est dans les regards de ces deux gamins : l’un qu’envahit un sentiment d’injustice, l’autre que l’espoir illumine.

Propos recueillis par Jean-Luc Douin