Pavee Lackeen, la fille du voyage

Text Resize

-A +A

Production, Réalisation, Image Perry Ogden
Scénario  Perry Ogden et Mark Venner
Co-producteur Martina Niland
Producteur associé John Rocha
Montage Breege Rowley
Son Michael Lemass
Costumes et accessoires Susie Isherwood

 

Perry Ogden

Né dans le Shropshire en Angleterre en 1961, Perry Ogden a grandi à Londres et habite à Dublin en Irlande. Ses photos paraissent dans  Vogue, The Face…Son livre sur les enfants travellers Pony Kids paraît en 1999 chez Jonathan Cape/ Aperture. Ses photos de l’atelier de Francis Bacon sont éditées par Thames and Hudson en 2001 et exposées récemment à Bâle (Suisse), Porto (Portugal) et à la Fondation Van Gogh à Arles (France).
Pavee Lackeen, la fille du voyage
est son premier film.
Films du même auteur valorisés par le Gncr: 
Informations complémentaires: 

MENTION SPECIALE DU GNCR - Festival "Premiers Plans", Angers 2006

Pavee Lackeen, la fille du voyage

Perry Ogden
Distribution :: 
Date de sortie :: 
03/05/2006
IRLANDE. 2005. 1h27. 1.85. Couleur. Dolby SRD

Dans l'Irlande d'aujourd'hui, la vie de Winnie, de ses 9 frères et soeurs et de leur mère. Ils occupent une caravane stationnée dans la zone industrielle de Dublin. Le film suit Winnie quelques semaines durant lesquelles elle lutte pour comprendre, accepter et défendre le mode de vie de sa famille.

A PROPOS DU FILM Les Irish travellers

LES GENS DU VOYAGE D’IRLANDE
Les Irish travellers sont une minorité indigène de la société irlandaise depuis des siècles. Si leur origine est sujette à caution, ils ont un système de valeurs, une langue, des coutumes et des traditions qui en font un groupe identifiable entre eux et aux yeux des autres. Le mode de vie et la culture traveller, fondés sur des siècles de tradition nomade, tiennent les travellers à l’écart de la population « sédentarisée ».

EXCLUSION ET DISCRIMINATION
Alors que les Irish travellers sont natifs d’Irlande, ils ont beaucoup en commun avec les Roms d’Europe et les populations gitanes du monde entier. Ils partagent l’expérience de l’exclusion et de la discrimination, et la résistance aux politiques d’assimilation dans le souci de maintenir leur identité ethnique.

DROITS CULTURELS
Le racisme les a relégués à la lisière / frontière de la société irlandaise. Les Irish travellers ont été marginalisés et rejetés depuis des siècles et c’est encore ce climat qui prévaut dans l’Irlande contemporaine. Accepter et célébrer l’identité, la culture et l’héritage des travellers, constitue un élément central pour contrecarrer la discrimination et l’exclusion et améliorer leurs conditions de vie.

NOMADISME
Changer continuellement d’endroit a donné aux travellers une autre façon de voir le monde. Le nomadisme est souvent décrit comme un état d’esprit. Même quand ils occupent des maisons, les travellers voient leur logement comme étant par essence temporaire – comme tous les nomades de par le monde. Un traveller même dans une maison reste un traveller – tout comme un Irlandais vivant aux Etats-Unis ou au Canada reste un Irlandais.

LANGUE
Les travellers vivent dans deux mondes : celui des sédentaires et le leur. Leur culture reflète cette dichotomie. Et même si elle est peu parlée de nos jours, leur langue, le Cant , est une partie vitale de leur patrimoine. Malheureusement cette langue est menacée en dépit des récentes initiatives de plusieurs écoles primaires de zone rurale qui commencent à assurer la transmission du Cant aux nouvelles générations.

POPULATION
Au début des années 60, il y avait environ 3000 travellers en Irlande ; en 2000, plus de 25 000. La population traveller compte de nombreux enfants mais peu de personnes âgées. Le taux de natalité est fort mais l’espérance de vie faible. L’espérance de vie actuelle d’un Irish traveller est équivalente à celle des Irlandais sédentarisés des années 40.

LOGEMENT ET CONDITIONS DE VIE
La crise du logement de la population traveller a été mise en avant par de nombreux gouvernements et dans de nombreux rapports depuis des années. Malgré cela, nombre de Travellers vivent encore au bord des routes dans des conditions dignes du tiers-monde sans accès à un confort minimal tel que l’eau courante, les toilettes, l’électricité. Beaucoup d’autres vivent dans des logements sociaux mal entretenus et souvent situés dans des zones insalubres et dangereuses. Sans parler de l’effet négatif évident sur la qualité de vie, ceci a également des répercussions sur l’accès de travellers aux soins, à la scolarisation, à la sécurité sociale et autres services sociaux.