Réunion professionnelle du 9 janvier 2013.

Text Resize

-A +A
 
Le Collectif

Réunion professionnelle du 9 janvier 2013.

Depuis quelque temps, nous sommes nombreux à nous poser des questions sur le devenir des salles de cinéma indépendantes. Sans aller vers un pessimisme absolu, un certain nombre de sujets appellent, si ce n’est des réponses, au moins une réflexion collective. Nous ressentons le besoin d’évoquer nos situations collectivement, tenter de répondre ensemble à une question simple : que faire ? Doit-on agir collectivement ? Et si nous décidons d’agir, comment ?

Voici, pèle mêle et sans les hiérarchiser, quelques sujets d’interrogation sur lesquels nous avons échangé lors de la réunion professionnelle organisée par le GNCR qui s'est tenue le 9 janvier 2013 au cinéma Espace 1789 à Saint Ouen. 

Les salles de cinéma indépendantes : quel avenir ? quelle action à envisager ? quelle mobilisation ?

-       La hausse de la TVA à 10 % en 2014 prévue dans le projet de loi double le montant de la TVA en 2 ans, alors que les autres activités culturelles sont taxées à 5% (théâtres, livres, opéras, ballets…). En sortant fiscalement le cinéma du champ culturel, le risque est de mettre en défaut la défense de l’exception culturelle au niveau européen et d’entraîner une remise en cause de la chronologie des médias et du fonds de soutien, clefs de voûte du modèle économique  du cinéma français.

-       Un nombre, de plus en plus important, d’implantation de multiplexes est validé par la CNAC (Commission nationale d’aménagement commercial). À ce jour, aucun état des lieux n’est fait sur l’implantation des multiplexes, ni aucun constat sur la forte concentration de l’exploitation. Les engagements de programmation des grands groupes sont définis par eux-mêmes et leurs contraintes se limitent à ce qu’ils font.

-       Les questions de concurrence entre les grandes enseignes et les salles indépendantes dans les villes moyennes sont de plus en plus accrues (cf. analyse de Catherine Bailhache de l’ACOR sur la situation à Tours, Angers et Rouen). En résumé, on constate, que les multiplexes vont plus couramment vers les films Art et Essai porteurs et fragilisent ainsi les situations financières des salles indépendantes. À l’inverse, les multiplexes sont seuls à avoir des copies sur les films commerciaux…

-       Le renouvellement du matériel de projection numérique n’est pas aujourd’hui envisagé. Nous le savons tous, le matériel de projection numérique sera à remplacer plus rapidement que les anciens projecteurs 35 mm.

La mise en place de la loi sur l’équipement numérique des salles a été particulièrement difficile à partir du moment où l’Autorité de la concurrence a mis en cause le fonds de mutualisation du CNC. Qu’en sera-t-il demain ? Comment se fera le remplacement de l’équipement numérique des salles ? Sera-t-il à la charge des exploitants ? 

-       Le système des VPF instaure une exploitation à deux vitesses (le montant des VPF pour les salles indépendantes n’est pas le même que celui des grands groupes, on constate près de 40 % d’écart).

La Caisse de répartition se fait attendre.

La question de l’accès aux copies, avec le numérique, repousse souvent les petites salles en 5ème semaine ou fait porter à l’ADRC le poids des élargissements ou de l’accès des films aux salles les plus petites.

-       Après celle de 2008, une nouvelle baisse des crédits alloués à l’action culturelle cinématographique est à prévoir.

-       La prise en compte de l’action culturelle cinématographique dans l’attribution des bonus dans la subvention Art et Essai n’est pas assez valorisée.

La subvention A&E ne différencie pas assez les films entre eux ; les critères d’octroi du label Recherche & Découverte sont identiques, que ce soit pour un mono-écran ou pour un multiplexe, le déplafonnement des bonus n’est valable que pour un certain type de salles.

D’une façon plus générale, l’enveloppe financière Art et Essai devrait être plus élevée.

-       D’autres interrogations sont aussi pertinentes : la frilosité sur les films Art et Essai et Recherche, le nombre important de films sortants chaque semaine, mais aussi la FNCF et l’élection de son nouveau bureau…